EDITORIAL

Bonne et heureuse année !

x

Voici, en cadeau pour mes visiteurs, la traduction d’un petit texte d’auteur inconnu. Il a été découvert posé sur un banc dans l’église de Baltimore, Maryland, USA, en 1692.

Par sa grande sagesse, il est plus que jamais d’actualité dans notre XXIème siècle technologique.

Il est utile de le relire de temps en temps pour retrouver le bon cap, rester maître de notre destinée et prendre conscience de la valeur de l’expérience de notre vie.

Beaucoup trop de gens vivent dans le désarroi d’une existence qu’ils ont du mal à maîtriser du fait des choix qu’ils ont fait, trop souvent, par facilité. Nombreux sont donc ceux qui fuient la réalité à travers l’alcool, les drogues ou les médicaments psychotropes, espérant ainsi échapper à cette réalité ; ce qui aggrave leur cas. Parfois, au point extrême de la détresse, il en découle même de nombreuses pathologies et des tragédies.

Ce sont nos décisions, nos choix qui conditionnent notre futur et l’on ne peut échapper à cette règle à laquelle il faut faire face avec courage. Le salut étant dans la réflexion, le courage et le bon sens.

Quant au respect des autres, on ne l’obtient que si on les respecte aussi, et que l’on se respecte d’abord soi-même.

Par ailleurs, si l’argent est utile, il ne fait pas forcément le bonheur de ceux qui en ont beaucoup. L’argent est un bon esclave mais un mauvais maître.  Il faut savoir le maîtriser.

Le bonheur n’est pas de convoiter ce que l’on ne possède pas, mais de savoir apprécier ce que l’on a.

Les biens matériels ne sont qu’illusions car on peut les perdre à tout instant ; par contre nos valeurs morales, l’amour de nos proches, nos idéaux, nos rêves bien qu’immatériel, ne peut jamais nous être arrachés.

Il est toujours temps de faire le point, de méditer sur sa propre vie et d’en tirer la quintessence. Et de se poser ces deux questions : qu’ai-je fais de ma vie ? Quel sens lui donner ?

Il faut donc être honnête, sincère et juste envers soi-même. La vie vaut vraiment la peine d’être vécue pour celui qui en accepte les règles et sait l’apprécier. C’est alors qu’elle donne de bonnes choses en retour.

Santé & prospérité.

Vivez en Paix

« Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte, et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez autant que possible en bons termes avec toutes personnes. Dites doucement et clairement votre vérité et écoutez aussi les autres ; même le simple d’esprit et l’ignorant ont eux aussi leur histoire.

Evitez les individus bruyants et agressifs : ils sont une nuisance pour l’esprit. Ne vous comparez avec personne : vous risqueriez de devenir vain ou vaniteux. Il y a toujours plus petit ou plus grand que vous.

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Soyez toujours intéressé à votre carrière si modeste soit-elle : c’est une formidable possession dans les prospérités changeantes du temps. Soyez prudent dans les affaires car le monde est plein de fourberies mais ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe : nombre d’individus recherchent les grands idéaux et partout la vie est remplie d’héroïsme.

Soyez vous-même.

Surtout, n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez cynique en amour car il est, face à toute stérilité et tout désenchantement, aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à votre jeunesse. 

Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain, mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères ; de nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude. 

Au-delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même : vous êtes un enfant de l’univers et pas moins que les arbres et les étoiles, vous avez le droit d’être ici. Qu’il vous soit clair ou non, l’univers s’accomplit sans doute comme il le devrait.

Soyez en paix avec Dieu, quelle que soit votre conception du créateur et quels que soient vos travaux et vos rêves. Gardez, dans le désarroi bruyant de la vie, la paix dans votre âme. Malgré toutes ses perfidies, ses besognes fastidieuses et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau. 

Soyez attentif.  Tâchez d’être heureux. »

Pascal Labouret (30/12/2019)