EDITORIAL

La santé en retraite

*

*

La retraite professionnelle est cette seconde partie de la vie où les personnes ayant travaillé peuvent enfin profiter de la vie et de leurs années de travail par un repos bien mérité pour la plupart. Certes, beaucoup s’en trouveront plus occupé que lors de leur vie active car il y a souvent les petits enfants à gérer lors des vacances scolaires, les passions et les loisirs dont on peut enfin profiter, le bricolage, le soutien aux enfants qui est, hélas, parfois assez lourd de nos jours. Pourtant la retraite professionnelle est sensée être la période de paix et de repos hédoniste.  Mais c’est rarement le cas, en particulier pour des raisons de santé.

En effet, beaucoup de personnes ont vécu une vie active trépidante ou l’hygiène de vie était un peu oubliée et l’entretien de la santé strictement minimal.  Aussi, nombreux sont ceux qui se retrouvent, lors de leur retraite, à visiter beaucoup plus souvent les cabinet médicaux que les sites touristiques.  Ils vont de cabinet médical en cabinet médical comme les singes de branches en branches. Triste retraite ! Une résultante pitoyable d’une attitude genre « on verra bien » et d’une façon de croire que le corps gère seul sa santé.  Pourtant, en matière de santé, des dictons sont bien adaptés et vérifiés : « Comme on fait son lit on se couche » et « Ce n’est pas quand le cheval s’est échappé qu’il faut fermer les portes de l’écurie ».  En d’autres termes, la prévention est la meilleure façon de s’assurer une vieillesse supportable, confortable et plaisante.  Toutefois, beaucoup de personnes crédules pensent qu’en absorbant des tas de médicaments chimiques, elles empêchent ainsi la survenue de troubles de santé. C’est sans compter sur les effets secondaires iatrogènes qui en rajoutent à leur mauvais état de santé : à partir de deux médicaments, les effets toxiques dus aux mélanges chimiques sont patents mais imprévisibles et souvent néfastes.  On a certes quasiment aucun problème de ce genre avec les remèdes naturels comme la phytothérapie, mais son usage dans la population est encore moindre que celui des médicaments chimiques que trop de gens croient miraculeux et sans danger.  Pourtant, les plantes sont des remèdes séculaires qui ont largement fait leurs preuves. Il reste cependant à trouver un praticien compétent qui saura les conseiller précisément pour être efficace, car il s’agit bien d’une science.

« Il ne fait pas bon vieillir » se plaignent beaucoup de souffrants en activité, en préretraite ou à la retraite. Tout dépend de la prévention pratiquée avant… Il faut aussi ne pas oublier que plus on est vieux, plus on est difficile à soigner, lent à guérir et la récupération est plus laborieuse. Le corps a besoin d’un entretien. Mais l’on sait fort bien que la prévention est mal respectée parce qu’elle est le coeur de métier des médecines alternatives dites « naturelles » mais que beaucoup de gens sont, soit dissuadés d’y recourir, soit ignorent à quel point ces médecines séculaires  peuvent les aider.

Les deux seuls domaines nécessitant une aide technique manuelle spécialisée sont les dents et l’appareil locomoteur. Tout le reste dépend essentiellement de la qualité de la nutrition.  Des praticiens de santé alternatifs compétents peuvent vous conseiller et vous guider pour ce point crucial. En revanche, personne ne remplace l’expertise des dentistes et très peu celle des chiropraticiens. En effet, en ce qui concerne l’appareil locomoteur, celui-ci ne supporte pas l’amateurisme et les soins approximatifs qui ne font que faire tourner les problèmes en rond et perdre du temps au patient, quand ils n’aggravent pas son cas.  Il est donc recommandé de s‘instruire et de bien se renseigner sur les méthodes et les praticiens. Rappelons toutefois ce que beaucoup de gens savent par expérience : les analgésiques et les anti-inflammatoires n’ont jamais résolu les problèmes de dos ni les problèmes dentaires. Ils ne sont qu’un cache misère prescrits par facilité, souvent sans grande considération pour la souffrance du patient mal conseillé, voire pas conseillé du tout sur d’autres solutions.

Dans de nombreux pays socialement avancés, tout le monde ou presque rend régulièrement visite à un dentiste ou un chiropraticien chaque année. On a la santé que l’on décide de mériter. En France, une certaine évolution se fait attendre…

Pascal Labouret, D.C.  (29/07/2019)